Colloque : L’autonomie stratégique de l’Union européenne

8 novembre 2013

Perspectives, responsabilité, ambitions et limites de la défense européenne

Faute de volonté commune, la défense européenne reste à la marge.
Sa relative absence des conflits libyen en 2011 et malien en 2012/2013 en atteste, symbolisant plus que jamais les difficultés de la construction de l’Europe politique. La méthode Monnet présentée par le plan Schumann du 9 mai 1950 semblait vouloir privilégier le long terme : « L'Europe ne se fera pas d'un coup, ni dans une construction d'ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d'abord une solidarité de fait ».
Il fallut dans un premier temps préserver la paix en fédérant l’économie de la guerre : « Le gouvernement français propose de placer l'ensemble de la production franco-allemande de charbon et d'acier sous une Haute Autorité commune, dans une organisation ouverte à la participation des autres pays d'Europe ». Coincée entre les menaces soviétiques et les pressions américaines sur la question du réarmement de l’Allemagne de l’Ouest, l’Europe devait clairement manifester sa volonté d’union et ne pouvait se permettre un refus de ce début de construction fédérale «à l’envers ». Sitôt liés par la signature, le 18 avril 1951, du traité CECA à Paris, les Six lancèrent les négociations sur le traité CED conclu l’année suivante. Après l’amorce économique, il s’agissait du passage à l’Europe politique voulue par les pères fondateurs. Sans doute trop tôt pour le Parlement français qui rejeta cette mutation. L’Europe politique resta, de longues années, orpheline de sa défense. Mais, au début des années 1990, la guerre des Balkans constitua une nouvelle menace au cœur même du Vieux continent et imposa la relance du projet de défense européenne. Inhérente aux compétences régaliennes de l’Etat, la défense européenne ne semble guère pouvoir progresser hors d’un schéma institutionnel de type fédéral. Or, cette relation entre défense et fédéralisme européens se heurte au mur de la souveraineté. Pourtant, la crise financière qui sévit depuis 2008 sonne le rappel du destin fédéral de la construction européenne. Sujet crucial et paradoxalement méconnu, la défense européenne soulève de multiples questions qui seront l’objet des contributions et débats de ce colloque.

Intervenants : Pierre-Yves MONJAL (Professeur de droit public - Université de Tours) & Nicolas CLINCHAMPS (Maître de conférence de droit public - Université de Paris 13 Nord)


Programme du colloque